Un visa, un sac à dos, un micro ! Partagez dans nos feuilletons radiophoniques la route de Sonia en Colombie, Léa en Chine, et d'autres à venir.

Despelote ! – Épisode 5

23 mar 2016 Publié par

play
Auteur : Sonia Franco
Lieu(x) : Colombie
Durée : 13:52

Au sommaire :

Despelote (n.m.) : Situation de désordre, de chaos ou de confusion.

Despelote ! retrace quatre mois de pérégrinations et de questionnements d’une Franco-Colombienne en devenir, dans ce pays à la fois étrange et familier.

 

5ème épisode – Parche

Où la narratrice, à la veille du nouvel an, s’adonne à des joutes linguistiques de fragnol (francisation de l’espagnol, ou l’inverse) avec ses compagnes de voyage et découvre des sonorités inconnues.

 

Musiques :

El año viejo (Crescencio Salcedo – Tony Camargo)

Faltan cinco pa’ las doce (Oswaldo Oropeza – Nestor Zavarce)

3 commentaires

  1. Merci, Sonia, pour ce 5e épisode.
    Les paysages et le climat, les familles et leurs traditions, l’Histoire et les histoires, les arts (au soleil !- bof !-), la nourriture façonnent les régionalismes et les tempéraments en ressortent tous différents (et bien souvent fiers de l’être), fortement identifiables selon leur appartenance à une région.
    En tout cas, la musique, la danse et le rhum font l’unité et l’unanimité. Et un lendemain de fête, rien de tel qu’une bonne marche pour se remettre…sur pied ! Et puis, le vol et le cri du colibri, ça se mérite aussi !
    J’ai bien aimé les coutumes du 31 (le tour avec les valises, les grains de raisin, la culotte jaune, les lentilles et les mannequins brûlés). Je les reprendrai à mon compte au prochain réveillon, des fois qu’elles seraient exportables, donc pleines de promesses.
    Bises, Marro

  2. Coucou Sonia,
    J’ignorais que les douze grains de raisins engloutis un à un sur les douze coup de minuit le 31 décembre, était une coutume Colombienne!! Nous l’avons pratiquée chez nous, à chaque réveillon du jour de l’an, du vivant de mes chers parents disparus…
    Besitos,
    Fely

  3. Chère Feli,
    J’imagine que pour le coup c’est plutôt une coutume espagnole qui a été amenée en Colombie et qui est restée !

Laisser un commentaire