Cet été 2015, Just for fun vous entraîne à New York, San Francisco et Las Vegas pour goûter les saveurs des Etats-Unis. Avec ou sans ketchup.

Brooklyn Experience n°7 – Mike

11 avr 2013 Publié par

play
Auteur : Julie
Avec : Mike, Lucky Mary, Eric
Durée : 13:45

Toujours sur les traces de Sandy, Julie, Lucky Marie et leur coloc Eric poursuivent leur exploration des Rockaways. Où l’on visite la maison de Mike, un homme qui a tout perdu dans l’ouragan, sauf l’envie de rire.

*Traduction disponible dans la suite de l’article

Les rues des Rockaways, où pourrissent déjà les meubles et les déchets végétaux.

Les rues des Rockaways, où pourrissent déjà les meubles et les déchets végétaux.

Des sacs poubelles s'amoncellent dan les jardins

Des sacs poubelles s’amoncellent dans les jardins

Julie et le grand Mike, apès la visite de sa maison.

Julie et le grand Mike, après la visite de sa maison.

 

Traduction par Mathieu Vigouroux

 

Homme : On a besoin d’aide pour nettoyer cette cave…

Eric : Oui, quand ?

Homme : Je ne peux même pas vous dire parce que je…

***

Homme : Tous les gens qui ont une cave, leur maison est sinistrée. Il y avait de l’eau jusque là !

Julie : Là ?

Homme : Y en avait jusqu’à la poitrine, on l’a vue arriver depuis le haut de la rue, avec toutes ces saloperies qui venaient de la baie.

***

Homme : Voici un gars à qui vous devriez parler.

Mike : Je m’appelle Mike.

Eric : Je m’appelle Eric.

Mike : Enchanté.

Julie : Bonjour, moi c’est Julie.

Mike : Julie !

Marie : Et moi c’est Marie.

Mike : Marie ! Donc Marie, Julie, et Eric…

Eric : Ces deux filles viennent de France, elles sont arrivées il y a deux jours. Du coup elles ont voulu voir ce qui s’était vraiment passé.

Julie : Oui.

Mike : Je pourrais vous montrer ce qui s’est passé. Vous voulez voir ma maison ?

Eric : Oui !

Homme : Bon les gars je dois y aller, c’était sympa de discuter avec vous.

***

Mike : Alors, comment ça va, vous?

Julie : Ca va.

Mike : J’espère que vous avez un bon hôtel.

Julie : On ne dort pas à l’hôtel.

Mike : Ah bon ?

Julie : Non, on dort chez un ami.

Mike : Ah d’accord.

***

Mike : Il fait sombre ici, je vais chercher une lampe. Ça pue ici, je suis vraiment désolé pour l’odeur.

Julie : Pas de problème.

***

Mike : Tout est parti, ça c’est des ordures…

Il n’y a plus rien, ça c’est parti, ça aussi, plus de fauteuil, je n’ai plus de lit, de lumière, je n’ai pas d’eau, ni de nourriture. Il faut que je me débarrasse de tous ces trucs, mais je vis seul et c’est dur de tout faire tout seul en une journée, alors je viens ici tous les jours après le travail et j’essaie d’en faire un peu à chaque fois.

Eric : Et vous dormez où en ce moment ?

Mike : Juste en face, j’ai un ami qui m’héberge, mais c’est temporaire.

Julie : Et vous avez eu le temps de sauv…

Mike : Je n’ai eu le temps de rien. Ce jour-là ils avaient dit que les trains s’arrêteraient de circuler à sept heures, et les bus à neuf heures. Moi j’étais assis ici, je regardais la télé là, juste derrière toi, et d’un coup j’ai entendu le transfo faire un drôle de bruit. Après ça on m’a dit « Mike, va vérifier à la porte », alors je suis sorti et là j’ai vu que l’eau était déjà là. Du coup il fallait que je parte, je me suis dit « je prends le risque de me faire électrocuter ou bien je me noie ici ? », et j’ai choisi l’électrocution. Alors je suis allé dehors, il a fallu que je saute par-dessus cette clôture et puis que je face le tour car l’eau était déjà en train d’arriver jusqu’ici, et puis je me suis traîné jusqu’à la maison voisine, car ils ont un étage, et puis… Tiens, regardez, il faut que je vous montre… Désolé, il fait vraiment noir mais… ça c’était ma chambre. Bon, vous voyez, ça pue toujours… j’ai tout perdu ici aussi : ma chaîne hi-fi, ma télé, ma tête de lit…

Eric : Oh merde… et vous recevez de l’aide par l’assurance, ou autre chose ?

Mike : Je n’ai pas d’assurance, ni rien d’autre.

Eric : Rien?

Mike : Rien. il ne me reste rien.

***

Mike : Il n’y a pas de moyen de communication ici, ni d’électricité. Il n’y a rien, et ça fait deux semaines que ça dure. Deux semaines, c’est vraiment dingue ! Tout ça me rend fou. Vous savez, le soleil se couche à cinq heures et demie, et moi j’ai plus rien. Plus rien… tout ce qu’il y a, c’est la lumière, et sans lumière c’est vraiment flippant d’être ici.

Eric : Et vous avez un autre logement ?

Mike : Je suis locataire ici, et le proprio est pas loin… Mon Dieu, je sais pas ce que je vais faire. Je suis un gars très fort, et avant je résistais bien aux coups durs… mais là, j’en suis à un point où… je me suis mis à boire de la bière, pour m’aider un peu. Mais ça ne sert à rien, je n’arrive même pas à être bourré. L’autre jour, j’en ai bu un pack de six et ça m’a rien fait, j’étais encore sobre. C’est vraiment injuste. Je ne veux pas paraître égoïste mais… parce que vous savez, j’aide beaucoup de gens, je gère une boîte où on aide les gens à trouver un boulot, mais maintenant je n’arrive plus à penser qu’à moi. Et moi, qui est-ce qui m’aide ? Je m’investis tellement pour aider les autres mais je ne reçois rien en retour maintenant, comment ça se fait ? Je devrais peut-être changer de religion, ou de façon de penser… Je sais plus, mais tout ça c’est vraiment pas normal. Je suis désolé de vous dire tout ça….

Julie : Non, ne vous excusez-pas.

Eric : Oui, c’est…

***

Mike : C’est vraiment triste, et je me sens vraiment triste pour des tas de gens, car il y en a plein qui ont perdu bien plus que moi, mais en même temps je n’arrive pas à penser à autre chose qu’à moi, je sais que ça fait un peu égoïste mais je ne peux pas m’en empêcher, je pense vraiment aux autres mais moi je souffre ici, je n’ai pas de bouffe, et il y a toute cette eau…

Julie : Oui je comprends, mais je crois que pour une fois vous avez bien le droit d’être un peu égoïste…

Mike : Je sais pas, j’ai pas l’impression que tout ça c’est pas normal, parce que dans la vie je m’occupe d’abord des autres, toujours, mais cette fois j’ai plus assez d’énergie, du coup je me sens mal et triste pour tous ces gens, tout ça c’est vraiment triste.

***

Mike : On est le plus grand des pays, alors pourquoi on peut pas fournir aux gens qui vivent ici ce qu’il leur faut et qu’on donne aux étrangers ? On dépense des milliards pour aider les autres pays quand ils ont des ouragans ou des éruptions volcaniques, et nous on n’a même pas de lumière ! Pourtant on est la plus grande nation sur cette Terre ! Qu’est-ce qui se passerait si quelque chose d’encore plus tragique arrivait ici ?

***

Mike : Quand tu te lèves le matin, et qu’il n’y a pas de lumière, que tu ne peux pas aller bosser ou que tu n’as plus rien à manger… toutes ces choses comptent, tu sais… donc quand tu te lèves, puis que tu retournes te coucher, que tu attends jusqu’à cinq heures que le soleil se couche, après il faut attendre jusqu’à sept heures du matin pour avoir de nouveau un peu de lumière. Et puis ça recommence comme ça tous les jours. De la lumière, il nous faut vraiment de la lumière !

On a besoin d’électricité pour que tout remarche et…

Autre homme : La lumière revient!

Mike : Je vous aime, vraiment je vous aime bien! Et je suis content que vous soyez venus nous voir, même si c’est juste parce que ça me fait de la compagnie c’est pas grave. Vraiment je suis content que quelqu’un soit venu ici pour nous écouter et entendre notre histoire, et comprendre ce qu’on vit ici, parce que ça fait vraiment du mal tout ça.

***

Homme : Ca y est, la lumière de secours arrive!

Mike : Tout ça est si triste.

Homme : Mike, je mets tout ça à part, près de la porte de Casey, et…

Mike : Oh tu pars? Bon, je pars aussi, je… bon, je suis désolé les filles mais je…

***

Eric : Prenez soin de vous, je sais que c’est une situation difficile. Prenez soin de vous, vraiment.

 

Playlist

Afraid of Everyone – The National

Welcome Home – Punch Brothers

 

Prochain épisode dans 2 semaines

Pas de commentaires

Laisser un commentaire