Reportage, investigation ou découverte : écoutez, découvrez, réagissez !

Ici la nuit

03 juil 2016 Publié par

play
Auteur : Laurine Estrade et Jean-Baptiste Bonnet
Genre : Connexions
Durée : 09:19

Nous vivons dans un village d’à peine 200 habitants, au fin fond de l’Orne.

Nous sommes partis de Paris il y a quelques années. Pour travailler, nous y retournons régulièrement. Et ces derniers mois il est arrivé que nous ne prenions pas le train du soir, et que nous passions de longues Nuits Debout.
Après l’effervescence, quand nous rentrons chez nous, nous retrouvons le silence, les chants d’oiseaux, un chien qui aboie… Au loin, nous nous souvenons des prises de paroles collectives, de tout ce petit peuple réuni sur une place.

On a beaucoup dit que Nuit Debout était un phénomène purement urbain, que le « mouvement social » ne concernait qu’une minorité dans les villes, que les campagnes ne suivaient pas. C’est sûr, chez nous le soir, la place du village reste déserte.
Et pourtant… qu’y a t-il derrière ce calme apparent ?

 

Nous avons voulu aller à la rencontre de nos « voisins des champs », de les entendre eux aussi. De leur demander s’ils se sentent proches de ce qui se passe en ville, et de fil en aiguille de prendre la température du bocage alentour.

Nos voisins immédiats ne sont pas nombreux : ils sont six. Retraités, jeune agriculteur ou artisan, femmes et hommes. Avec eux nous nous lançons dans un « micro-chemin », un bout de balade, une soirée au coin du feu, une visite dans un poulailler. À l’arrivée, six portraits de ruraux à deux cent kilomètres des « nuit-deboutistes ». Si loin ? Si proches ?
Tous parlent de leur vision de Nuit Debout, formée à travers les médias ou contre les médias, et, naturellement, ils en viennent à porter eux aussi une parole personnelle qui dénonce, critique, encourage ou renonce, mais qui, souvent, résonne.

Nous confrontons les sons d’ambiance de la campagne, leur calme apparent, à l’éclat de ceux pris en manifestation, en plein cœur des cortèges Nuit Debout. Notre montage mêle la parole des personnages au flot des manifestants, en les mettant en opposition, en contraste ou en perspective.

Et nous verrons que dans les villes et dans les champs, il semble que la nuit porte quelque chose de commun.

 

Mixage : Mari Rivière

2 commentaires

  1. La voix nocturne des « voisins des champs », une excellente balade dans notre monde. Une excellente initiative.
    Jean-Yves

  2. la partie campagne est bien, la partie nuit debout est moins les pieds sur terre, normal, ils habitent hors sol, je vais la jouer vieux con papy, j’ai déjà tellement entendu ce type de discourt sans aucun résultat à la sortie sinon beaucoup de frustration que je vais me répéter en disant que la meilleure manière de lutter contre ce système, c’est d’arrêter de lutter et d’agir pour soi et ceux de notre monde à soi avec amour et du mieux que chacun peut, çà aura énormément plus d’impact même si ce n’est pas visible, mais voilà l’égo a besoin de visibilité, et je crois qu’il est là le problème

Laisser un commentaire